« Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme. »

Cicéron

   

Brillant orateur, Cicéron était aussi un avocat romain et écrivain reconnu pour ses écrits sur la société et la politique. Aujourd’hui mis à l’écart sur de fausses bases au profit d’autres personnages illustres de l’antiquité, durant des siècles Cicéron fut considéré comme l’un des plus grands philosophes de l’antiquité et a été étudié comme tel jusqu’au 20ème siècle. L’un des exemples illustrant son influence remarquable est la déclaration de Saint Augustin concernant le dialogue philosophique Hortensius qui lui a fait abandonner sa vie de pécher au profit de la philosophie et l’a amené à rentrer dans les ordres.
     Les pères de l’église ont exploré la philosophie grecque à travers les écrits et traductions de Cicéron, et beaucoup d’historiens attribuent le début de la renaissance à la redécouverte par Pétrarque des lettres de Cicéron en 1345. Les penseurs des lumières tel que John Locke, David Hume, Montesquieu et Thomas Jefferson ont tous emprunté des idées et tournures de phrases de Cicéron. Le critique du premier siècle a même écrit que Cicéron était « le nom, non pas d’un homme, mais de l’éloquence même ».

     Il a en vain essayé de défendre les principes républicains au cours des dernières guerres civiles qui ont détruit la république romaine. Malheureusement ses opinions politiques n’étant pas toujours populaires l’ont mené à sa mort lorsqu’il fut déclaré ennemi publique et exécuté en 43 A.V ;-J-C.

 

 

 

De l’Amitié et de la Vieillesse

Dans les Œuvres philosophiques de Cicéron, Lélius et Caton, sont des personnages qui évoluent à travers des textes où se dégagent des réflexions sur l’être humain et sa place dans la société.
On peut noter que dans Lélius, sur l’amitié, Cicéron remet en question les relations entre l’être humain et le sens de la vie, appuyant le rôle et la nécessité de l’amitié dans les rapports sociaux et la vie politique romaine.
Le discours Caton l’Ancien, ou de la vieillesse relate quant à lui, les inconvénients et les avantages de l’âge mûr qui se manifestent après une vie bien remplie et irréprochable.

 

 

 

Thomas Couture, Les Romains de la décadence, 1847, huile sur toile

Fermer le menu